Rechercher
  • Chloé

Les outils de la Maroquinerie

Pour fabriquer un accessoire en cuir, il faut passer par plusieurs étapes, aussi différentes soient-elles. C’est d’ailleurs une des principales choses que j’aime dans le travail du cuir : c’est varié ! Par contre, cela nécessite un certain nombre d’outils… !


« C’est quoi son nom déjà ? J’ai oublié… »

Lors de mes ateliers les gens sont tellement concentrés sur ce qu’ils sont en train de faire, que les noms des différents outils sont vite passés au second plan ! Il m’a d’ailleurs déjà été demandé si je pouvais en faire une liste, histoire de pouvoir s’en souvenir, ou de les ré-utiliser...


Voici donc quelques-uns des outils utilisés en couture main en Maroquinerie :


Les outils « généralistes » :

[1] L’alène ronde (ou poinçon) : l’outil le plus versatile de la maroquinerie ! Il sert à marquer, agrandir les trous de couture, et bien d’autres choses !

[2] Le réglet métallique

[3] Le stylo argent : un indispensable ! Ce crayon gras s’efface sans marquer le cuir.

[4] Le maillet



Pour Couper et Préparer :

[5] L’indispensable (ou le tranchet) : il ressemble à un cutter, mais sa lame est plus épaisse et s’aiguise. Il peut aussi bien se faire remplacer par un bon vieux cutter !

[6] Le couteau à parer : « parer le cuir » signifie amincir les bords, pour qu’une fois assemblées toutes les pièces qui constituent votre accessoire, les tranches ne soient pas trop épaisses. Le couteau à parer permet de parer le cuir manuellement. Il n’est pas facile à manier, nécessite beaucoup de pratique et d’être bien affûté ! Il existe des alternatives : la pareuse (machine à parer), ou le couteau à parer à lame de rasoir (photo)…

[7] Les emporte-pièces/la pince emporte-pièce (ou pince revolver) : de différentes formes et différentes tailles, les emporte-pièces permettent de percer le cuir…

[8] Le billot : c’est le support parfait pour marteler les emporte-pièces sans abîmer ni les outils, ni le plan de travail !

[9] Le compas à pointe sèche : il permet de tracer des lignes de couture rigoureusement parallèles au bord de la pièce.



Pour Coller :

[10] La colle contact spéciale cuir : qu’elle soit néoprène ou aqueuse, la colle doit être spécifique ! On doit en mettre sur les 2 faces à coller pour qu’elle adhère…

[11] Le marteau rivoir : c’est un marteau au bout poli. Il sert à renforcer les collages, mais aussi marquer les plis, ou marteler les coutures (pour les rendre plus belles !)

[12] Le rouleau : sert à renforcer les collages et à marquer les plis. Il est complémentaire du marteau rivoir et d’un autre outil, appelé plioir.



Pour Coudre :

[13] La griffe à frapper : elle sert à pré-percer les trous de couture, en la frappant avec un maillet.

[14] Les aiguilles Sellier : elles ont un bout rond et une forme spécialement adaptée à la couture Sellier. On a besoin de 2 aiguilles pour cette couture spécifique de la maroquinerie : une à chaque extrémité du fil.

[15] Le fil de lin : c’est le fil traditionnellement utilisé en couture main en maroquinerie. Leur « taille » varie généralement de 332 à 832, du plus épais au plus fin. Il existe aussi des fils polyester ou d'autres matières moins courantes, qui peuvent aussi être utilisés de la même façon.

[16] La cire d’abeille : pour cirer le fil de lin avant la couture.

[17] L’alène losangique (ou alène aux pinces) : elle ressemble à l’alène ronde mais sa pointe aiguisée en forme de losange sert à finir de percer les trous de couture en même temps qu’on coud.

[18] La pince à coudre (ou valet de couture) : je l’appelle « la 3ème main », et pour cause : quand on coud à 2 aiguilles et avec une alène dans la main, on a besoin que la pièce de cuir à coudre soit maintenue !



Pour Travailler les tranches :

[19] L’abat-carre : cet outil sert surtout pour les cuirs à tannage végétal de bonne épaisseur (idéal pour les ceintures). Il permet de « couper » le bord saillant du cuir, comme pour faire un chanfrein, et donc d’arrondir le bord…

[20] Le brunissoir : également utilisé pour le cuir à tannage végétal. En ayant préalablement ciré, ou appliqué un produit dédié, ou simplement mouillé à l’eau la tranche du cuir, on la frotte ensuite énergiquement dans une des rainures du brunissoir. Cela permet de lisser la tranche, de la lustrer.

[21] La teinture de tranche : utilisée à froid ou à chaud, comme son nom l’indique elle teinte la tranche du cuir. Son application demande un peu d’entraînement !

[22] Le fer à fileter : on l’utilise pour lisser la teinture de tranche à chaud. Le fer permet aussi de « fileter » le cuir : on presse les bords du cuir à chaud (il existe des filets qui s’utilisent à froid) et on marque une ligne décorative sur les bords du cuir.




Et parmi ces outils, voici ceux utilisés pendant les ateliers chez La fabrique Caméléon :

- L’alène

- Le stylo argent

- La colle contact

- Le marteau rivoir

- Le rouleau

- La griffe à frapper

- Le maillet

- Les aiguilles sellier

- La cire d’abeille

- Le fil de lin

- La pince à coudre (valet)

- Les emporte-pièces


Si vous souhaitez découvrir et apprendre à manier ces outils, venez participer à un atelier !

A Annecy, Cruseilles, Ugine, Chambéry, Gex, et à domicile ! [Haute-Savoie, Savoie, Ain]






Crédit photos : @lafabriquecaméléon

Posts récents

Voir tout